parler-de-la-mort-a-son-enfant
Chroniques de maman

Parler de la mort à son enfant

Le 1er novembre il est d’usage d’aller au cimetière fleurir les tombes. Dimanche nous n’avons pas dérogé à la règle, c’était d’ailleurs une grande première pour ma fille. Je me rends compte que je ne l’avais jamais emmenée. C’est vrai que ces derniers temps j’y allais rapidement, pour nettoyer un peu. Et rarement. Priorité aux vivants….

Mon fils lui a grandit et, si je l’emmenait souvent avec moi quand il était petit, je ne le fais plus. Je redoute les questions auxquelles je ne saurai quoi répondre. Je n’ai pas envie d’aborder le sujet car je ne veux pas lui apprendre que nous sommes mortels, qu’un jour je ne serai plus là pour lui et pour sa soeur. Alors j’évite soigneusement tout ce qui pourrait me mettre dans l’embarras. Mais…

Mais le jour de la Toussaint on n’y coupe pas. Il faut aller au cimetière.

Dimanche mon fils trépignait, on allait fêter l’anniversaire de son cousin et il lui avait acheté une jolie voiture Roary :

« –  Maman on s’en va ? On va chez Enzo ?
– Oui mon chéri, mais avant il faut que l’on s’arrête au cimetière.

un temps d’attente

c’est quoi un cimetière ?
– ho bein mince mon chéri, je ne sais pas quoi te répondre… silence…
  c’est un endroit où l’on met des fleurs… »

C’est tout ce que j’ai trouvé comme réponse mais ça lui a suffit.

J’aime bien aller au cimetière le 1ernovembre. Les tombes sont fleuris, j’aime me promener dans les allées et saluer les gens que je commence à bien connaître au bout de 8 ans. J’aime quand il court de partout en riant, quand il grimpe sur la tombe, sa soeur assise sur le rebord. Ils ont passé un bon moment en compagnie de leur mamie….

Au moment de partir ma fille a voulu retourner sur la tombe et a envoyé des baisers… elle qui n’embrasse jamais personne.

Il faudrait quand même que je commence à chercher comment leur répondre quand ils vont commencer à me poser des questions plus précises. Comment parler de la mort à son enfant ? J’ai vu qu’il existait des livres qui abordaient ce thème, notamment celui écrit par Françoise Dolto.

J’ai lu que tant que l’enfant n’est pas confronté directement à la mort tout cela reste très abstrait pour lui. Je ne provoquerai donc pas la discussion mais j’attendrai que l’opportunité se présente… le plus tard possible.

Si certaines d’entre vous ont déjà été confrontées à ce problème, je veux bien des conseils.

Previous Post Next Post

You Might Also Like

48 Comments

  • Reply Justyne 3 novembre 2009 at 7 h 24 min

    C’est vrai que je n’y ai jamais pensé auparavant… on verra quand le moment arrivera…. Bisous

  • Reply amelie1976 3 novembre 2009 at 7 h 28 min

    ah oui c’est pas évident.
    Il y a 6 ans lorsque mon papa est décédé ça été « l occasion » d en parler.mais même s ils sont « grands »,le cimetière j y vais seule.
    bisous bonne journée

  • Reply saem 3 novembre 2009 at 7 h 33 min

    je ne sais vraiment pas quoi te dire. Ma mère ne nous a jamais caché que sa mère était morte. Et petite, je ne comprenais pas vraiment. Ce qui me frappait le plus, c’est l’émotion qui s’en dégageait et tout l’amour qu’on en ressentait. J m’imaginait donc que ma mamie était un ange et qu’elle nous protégeait des monstres et de fantômes.
    Personnellement je n’ai jamais vécu cela comme un traumatisme.

    Cherche dans les livres pour enfants, ils sont pleins de réponses toute faite. Mais je suis sûre que ton coeur de Maman saura trouver les mots.
    BISES

  • Reply sylviane 3 novembre 2009 at 8 h 25 min

    Mon fils de 11 ans aujourd’hui a vecu la mort de ses 2 oncles la même année, et l’année suivante de ses 2 grands mères à 2 mois d’intervalle, il avait 3 ans…. ça a été un moment difficile pour nous, mais nous lui avons toujours dit la vérité, je crois que nous avons été maladroits, mais ce n’est pas facile à expliquer quand on est dans le chagrin. Enfin bref, pour mes 2 autres surtout la 2ème qui a 4 ans qui pose parfois la question « pourquoi on meurt? », j’ai lu quelque part qu’il fallait simplement répondre que c’est quand on a finit notre vie. Argument employé lors de la mort soudaine de la Tortue et c’est passé comme une lettre à la poste sans cris sans larmes….

  • Reply Dany 3 novembre 2009 at 8 h 34 min

    Un sujet qui peut attendre, mais auquel on doit effectivement se confronter envers nos enfants, pas évident!! bisous
    Dany

  • Reply Chue 3 novembre 2009 at 8 h 43 min

    je crois malheureusement qu’il n’y a pasde moment
    mes parents ne nous ont jms parlé de la mort et a 10ans j’ai perdu mon grand pere, cet homme etait tout pour moi et j’ai eu beaucoup de mal a comprendre ou il etait parti. 17ans je vis toujours tres mal cette perte car trop d’incomprehension a l’epoque. Avec ma soeur qui a 8ans de moins des ses premieres questions je lui ai expliqué que les gens ne pouvaient pas vivre eternellement parce que sinon il n’yaurait pas assez de place pour tout le monde. Que lorsque les gens mourraient on les enterrait pour que la famille puisse venir se receuillir sur leur tombe et garder un contact avc eux. Que meme morts ils vivaient toujours ds nos coeurs et que nous etions les gardiens de leur memoire. Et que eux devenaient nos anges gardiens et veillaient sur nous.Lorsqu’ j’avais 15ans nous avons perdu notre cousin je crois qu’elle l’a beaucoup mieux vecu que moi ce deces qui etait le premier pour elle (elle etait trop petite pour se souvenir de mon grand pere)

    il ny a pas de mots magiques je crois que tu dois leur parler avc les mots du coeur

  • Reply Caro en corse 3 novembre 2009 at 8 h 59 min

    pas évident en effet ! après la mort d’un oncle l’année dernière, thibault a cru que ce tonton était dans le ciel au côté du père noël… leur imagination prend souvent le dessus sur la réalité quoi !
    quand thibault nous demande ce que c’est d »^tre mort, on lui dit que c’est ne plus être là mais il ne le comprend pas encore : pour lui, être mort, c’est fermet les yeux 😉
    bises

  • Reply le Journal de Chrys 3 novembre 2009 at 9 h 04 min

    Je te le dis: ta réponse m’a bien amusée!!!! Un endroit où l’on met des fleurs… héhé!!!!

    Et je crois qu’effectivement, pour ta petite, ça suffit bien. Enfin je ne sais pas trop.

    Moi, je n’ai jamais ressenti, avec mes enfants, ce que tu ressens: crainte de parler de la mort.
    Ce fut dit simplement: la fin de la vie.
    Mon fils est même venu à l’enterrement de ma grand-mère quand il avait 5 ans.

    Et puis, c’est une question qui réapparaît régulièrement, avec à chaque âge une représentation et donc une définition différente de la mort.

    Je crois que tu te compliques la vie (pour le coup). Tu répondras quand les questions arriveront, de la façon la plus simple, non???? La mort, c’est la fin de la vie!

  • Reply stéphanie 3 novembre 2009 at 9 h 05 min

    grande question… mon papa est décédé et j’arrive très très difficilement à en parler… je ne veux pas que cela soit un sujet tabou pour ma puce (elle est petite, elle n’a que 16 mois), je sais que je devrai apprendre à lui en parler, il reste son grand-père même s’il est au ciel !

  • Reply vaness 3 novembre 2009 at 9 h 59 min

    J’ai retardé le moment aussi tant qu’il ne me posait pas la question mais quand c’est arrivé je lui ai dit la vérité. Pas facile du tout et ils ont du mal a comprendre mais ils doivent le savoir malheureusement!

  • Reply Aurelie 3 novembre 2009 at 0 h 02 min

    Le 26 décembre dernier mon grand père est décédé après avoir passé plus de deux mois à l’hôpital. Mon fils voyait régulièrement son arrière grand père, car mes grands parents habitent près de chez nous. Donc pendant deux mois on lui a dit qu’il était malade à l’hôpital et que les médecins s’occupaient de lui.
    Mais lorsqu’il est décédé je n’ai pas voulu mettre en relation l’hôpital et la mort (que pensera-t-il si un proche va à l’hôpital pour une opération ou même lui ? Je ne voulait pas lui inculqué une peur de l’hôpital). N’étant pas pratiquants son père et moi je n’ai pas voulu parler de « paradis » car il n’en n’avait jamais entendu parler. Du coup je me suis assise avec lui et je lui est expliquer tout simplement les différents stades de la vie (très rapidement : on est bébé, on grandit, on devient petit garcon, puis grand, puis papa, papi grand papi . . . et un jour on devient très très vieux, très très fatigué, et c’est la fin de la vie. C’est comme ça. je lui ai dit que son « papinou » était parti dans les étoiles et qu’il pourrait lui faire un bisou quand la nuit il verrait les étoiles. je ne lui ai pas non plus parler du mot « mort ». Je me suis dit les questions arriveront. Mon explication lui a suffit. Il faisait souvent des bisous la nuit vers les étoiles et en parler très souvent avec l’innocence de l’enfance. C’était très beau! Et puis le mot « mort » est venu tout seul. Maintenant il a comprit que quand on est vieux, on meurt. Il va souvent avec ma mère et ma grand mère sur la tombe de mon grand père et il voit ça comme un moment de plaisir et de joie et non pas de tristesse.
    C’est vrai que ce n’est pas simple de leur parler de la mort. je pense que tu as eu raison avec ta petite, les questions viendront toute seules, ou pas. Les enfants écoutent beaucoup et certainement qu’elle comprendra en vous entendant parler.
    Bizzzzzzzzzzzz

  • Reply Fleur 3 novembre 2009 at 0 h 40 min

    Liam a un petit copain, qui l’an dernier a perdu son tonton.Cette année un autre petit copain a perdu son papi et son tonton en 15 jours.Je me suis alors rendue compte que les enfants parlent beaucoup entre eux et qu’ils comprennent très bien ce qui se passe (pour preuve ta puce, qui envoie des bisous d’Amour à sa mamie, on est bien d’accord que ce ne sont pas les fleurs qu’elle embrasse (au fait pas mal l’explication pour le cimetière LOL).
    Lors d’un trajet en voiture, est arrivée LA question de Liam : »Et vous vous allez mourir? »(ça fait mal car il avait l’air tellement peiné).Ma réponse fût « oui, comme tout le monde mon coeur,mais pas tout de suite »en fait nous ne sommes pas croyants et j’ai eu le même discours qu’Aurélie ci dessus .Un DVD m’a bien aidée dans l’explication de la mort Frère des ours.

  • Reply Stephaline 3 novembre 2009 at 1 h 02 min

    Sujet au combien délicat ….
    Depuis peu, Charline aborde d’elle même ce sujet … D’ailleurs, je ne comprends pas bien pourquoi et comment mais elle a l’air de très bien comprendre ce qu’est la mort … elle fait souvent le rapprochement avec ces dessins animés … genre : la vilaine sorcière dans blanche neige qui est morte … etc etc etc …
    j’avoue que ca me dérange un peu qu’elle l’aborde si tôt .. je trouve ca limite pas bien .. mais bon, on s’adapte.
    Elle ne pose pas de question pour le moment comme si elle savait ce qu’est la mort ou du moins, ce que c’est « d’être mort » (…)
    Nous, on fait un parallèle avec la religion, le ciel, le paradis etc etc
    Mais bon, après ….

  • Reply Mary 3 novembre 2009 at 1 h 33 min

    pas de conseil je ne suis malheureusement pas passé par là je sais juste que c’est une étape importante et nécessaire pour l’enfant de comprendre qu’on est tous mortel.

  • Reply Agrippine 3 novembre 2009 at 3 h 08 min

    Très délicat ce sujet.
    En fait, plus on en parle tôt, plus les enfants comprennent que la mort, ça fait partie de la vie. C’est-à dire que tout ce qui naît doit mourir un jour. Il est bon d’insister sur « un jour » parce qu’ainsi, ils peuvent comprendre que « c’est dans très longtemps ». Sinon, ils risquent fort d’être pris d’angoisse à l’idée de perdre papa-maman le lendemain, et on les comprend…
    A notre âge, c’est dur, au leur, c’est insupportable.
    Le dessin animé qui peut aider à en parler : Frère des ours, et un à éviter : Bambi. Traumatisant !
    Et on peut aussi avoir un poisson rouge (ou un hamster, mais on s’y attache plus qu’à un poisson) : son espérance de vie n’est pas bien longue…

  • Reply tatasica 3 novembre 2009 at 4 h 09 min

    C’est vrai que c’est un sujet delicat mais en même temps très naturel que les enfants abordent pas avec autant d’angoisse que ce que nous parents on pourrait croire!
    Quand Mathys avait l’âge de Léo, je ne l’ai pas emmené à un enterrement d’un de nos proche pour le proteger et ne pas qu’il se pose de question!
    Mais dans les dessins animé, la mort est parfois abordé et il m’en a parlé en disant « maman des fois on est mort et après on est revivant! »… un peu comme dans les jeux vidéo je pense… trop abstrait!
    C’est que depuis qu’il a cinq ans qu’il me parle de quand il serra vieux, nous, ses parents, seront encore plus vieux et on mourra… et la je lui repond… c’est comme ça c’est la vie mais ça n’arrivera pas avant trèèèès longtemps! Pfff!
    Bisous Sonia!

  • Reply emmafée 3 novembre 2009 at 4 h 41 min

    coucou,
    c’est vrai que ça peut sembler difficile, mais il ne faut pas que ce soit un tabou !!! Nous avons eu 2 décès très rapprocher l’un était agé , l’autre non … Alors on expliqué qu’ils étaient partis rejoindre Leur « papa Dieu » et toutes les autres personnes mortes avant eux … On leur a dit qu’ona avait de la peine, oui parce qu’on ne savait pas quand on les reverrait.
    Comme ils sont petits et ans , ils ont compris à leur mesure, et il faudra surement revenir dessus… Le plus simple ,c ‘est de parler avec ses mots et ses croyances à soi … Pour nous croyants, c’est peut-être un peu plus facile … Mais la peine est la même .

    j’espère que j’aurai pu un peu t’éclairer.

  • Reply anima79 3 novembre 2009 at 4 h 45 min

    ma maman est décédée quand j’avais 17 ans …

    je mets un point d’honneur à ce que la mort ne soit pas tabou à la maison, sinon, nos proches décédés seront réellement morts si on ne parle plus d’eux …..

    marie sait que sa mamie est morte, qu’elle est avec les anges, car elle était trés trés malade.

    et la toussaint, on apporte des fleurs à ceux qui sont morts pour leur dire qu’on pense toujours à eux.

    je suis remplis d’émotions quand je dois parler de ma maman à marie , mais ça me semble trés important de le faire.

  • Reply madame pic pique 3 novembre 2009 at 5 h 16 min

    J’ai emmené mes enfants au cimetiére cette année pour la première fois sur la tombe de ma grand-mère ! J’ai dit à ma puce de 3 ans que l’on venait là pour porter des fleurs aux gens qui étaient mort, car depuis le ciel , il les voyait.
    ça lui a suffit pour le moment.

  • Reply ma-ger-de 3 novembre 2009 at 5 h 34 min

    ben ma belle, le sujet est délicat… je n’aipas eu de souci avec mes grands, je leur en ai parlé à l’occasion…. jusqu’au jour où notre petit chien s’est fait écrasé…. et qu’alex m’a dit: je préfère mourir plutot que de te voir mourir… il avait 8 ans. ej te dis pas le choc pour moi…
    pour Joss, il a toujours eu une grande angoisse de la mort, et rien ne le rassure… encore maintennat, il a parfois des crises d’angoisse au moment d’aller se coucher… quand il avait 4 ans 1/2, il m’avait laisé un petit mot sur la table du salon: je veux pas mourir….. dur!! aussi, pour jody, je n’ose pas en parler… mais des fois,je me dis que c’et slui qui va guérir tout e monde… il a un jeu qui s’appelle, et si on disait que j’étais mort.. là, on palit tou smais lui est mort de rire…..
    tu vois, ce n’ets pas aujourd’hui que je peux te proposer une solution… bon courag eet gros bisou!!

  • Reply Madamezazaofmars 3 novembre 2009 at 6 h 17 min

    Je n’ y ai pas encore été confrontée et ce jour la je serai bien embétée moi qui ai un probleme avec tout ce qui touche a la mort a 34 ans

  • Reply Madamezazaofmars 3 novembre 2009 at 6 h 18 min

    Il est pas clair mon com precedent si ?

  • Reply EmmA 3 novembre 2009 at 8 h 33 min

    j’y ai pensé aussi lorsque je suis allée fleurir la tombe de mon papi cette année, mais je n’ai pas de réponse.

  • Reply La femme des steppes 3 novembre 2009 at 9 h 39 min

    Heureusement, nous n’y avons jamais été confrontés de très près avec les enfants. Mais cependant nous en parlions. Je ne suis pas très inventive ni très franche ; j’ai choisi l’option habituelle : les morts ne vivent plus avec nous, ils sont montés au ciel. Est-ce qu’ils nous voient ? On ne sait pas. Mais si jamais ils nous voyaient, ils apprécieraient un petit signe, comme s’ils étaient encore avec nous.
    Et puis surtout, nous en parlons. De Papy que les enfants -ni moi- n’ont jamais connu. Le jour de la Saint Nicolas, Papy, boulanger, faisait plein de petites brioches en forme de bonhommes, les Mannele. Alors ce jour-là, depuis toujours, je confectionne ces petits bonhommes et nous pensons très fort à Papy.
    Ceci dit, pour moi, les morts sont morts. Il n’y a ni résurrection, ni fantômes, ni réincarnation. Rien que le souvenir…

  • Reply Carole 3 novembre 2009 at 2 h 33 min

    Nina en parle comme d’une chose naturelle, dit que c’est triste quand un enfant meurt mais je ne crois pas qu’elle réalise ce que ça signifie vraiment… et heureusement… elle sait que ses grands-mères sont mortes mais elle ne les connaissait pas…
    je n’ai pas de conseils particuliers, je crois qu’à un moment donné ils saisissent quelque chose de différent, qu’ils l’assimilent à leur manière et qu’ensuite ils nous posent des questions… autour d’eux la mort est abordée au cinéma, dans les livres, ils en retiennent forcément quelque chose…

  • Reply La Mère Joie 3 novembre 2009 at 2 h 35 min

    J’ai lu ton article au moins trois fois. Je ne savais quoi, que commenter et pourtant je n’avais pas envie de venir sans laisser un mot.
    Parce que je pressens que pour toi tout cela est assez douloureux, du moins perturbant.
    Sonia, tu sauras trouver les mots. Tu sauras transmettre l’amour et la confiance.
    Avec toute mon amitié.

  • Reply Cassiopé 4 novembre 2009 at 3 h 55 min

    je t’avoue ue moi je ne sais comment m’y prendre, et pour moi il est trop tot, cest quelque chose de dur pour nous alors pour les tous petits se dire qu’un jour leurs papa et leurs maman ne vont plus etre la cest dur non?! enfin le tout cest peut tre de faire comme tu le fait les habituer un peu de chaque année vers la toussain

  • Reply kat 4 novembre 2009 at 8 h 12 min

    je sens ton émotion en te lisant…
    sujet bien délicat avec les enfants…ma « miss pourquoi » a très vite posé des questions sur la mort….à chaque âge ses questions…j’ai d’ailleurs toujours attendu les questions, je n’ai jamais devancé, parfois j’ai été mal à l’aise,parfois ça a été douloureux, parfois nous en avons ri, mais j’ai toujours dis que oui, un jour, nous mourrons tous, que c’est aussi ça la vie…
    il y a 3-4 ans Malo fondait en larmes régulièrement en me disant qu’il ne voulait pas que je meure…en ce moment sa question:comment on réssucite, comme Jésus…
    quand sera venu le moment, tu sauras faire, répondre, et même peut être pleurer….
    j’ai un très joli petit bouquin pour les enfants que j’avais acheté pour Malo justement…je cherche ça et je te dis….
    plein de bisous fort ma Sonia!

  • Reply Ausecoursmonfilsmapprendlavie 4 novembre 2009 at 9 h 36 min

    Ca me rappelle que mon fils m’avait brisé le coeur à 5 ans quand il m’avait dit « Maman, je veux pas mourir ». J’ai écrit une histoire à ce sujet : http://www.murielgilbert.com/chronique-mon-fils-il-veut-pas-mourir-9.html

  • Reply Alena 4 novembre 2009 at 2 h 55 min

    C’est vrai que c’est un sujet délicat ou je saurais pas quoi répondre non plus !

  • Reply Garelle 4 novembre 2009 at 3 h 17 min

    Pas facile du tout,….et je crois comme toi, que j’éviterais d’aborder le sujet. Nous n’avons jamais été confronté à la mort. Il y a seulement le poisson rouge de Julia qui est mort, ….et j’ai vite couru en acheter un autre pour qu’elle ne se rende compte de rien. Je pense que le mieux, c’est d’expliquer les choses simplement, avec nos mots…..et notre propre perception de la mort.

    Bises

  • Reply tatanounou 4 novembre 2009 at 3 h 49 min

    moi je reponds simplement quand ils posent des questions!!!
    faut pas compliqué.si à ton fils ça lui suffit de savoir qu’on met des fleurs au cimetière et ben c’est bien comme ça
    il posera de nouvelles questions plus tard
    mais en leur disant simplement qui est là, ça leur suffit
    les miens ont tjs suivi et on voulu juste savoir qui est là par rapport a qui
    ex: le papa de papa
    je leur jamais dit qu’un jour on meurt tous
    en grandissant je pense qu’ils comprennent bien tout seul

    a bientot

  • Reply bribri 4 novembre 2009 at 5 h 52 min

    il faut rester simple et ne pas mentir, ensuite les enfants le vivent plus facilement quand ils sont confrontés!
    je l’ai vécu cette année, ma fille a demandé à aller à la veillée et à l’enterrement de son arrièregrandpère,et a dit  » maintenant je sais où il est, il sera toujours ds mon coeur »

  • Reply Jess Maman d'Emma 5 novembre 2009 at 9 h 57 min

    Oui c vrai que c pas évident, Emma aussi nous parle de la mort en ce moment !! Si tu trouvez un livre sympa tu nous feras partager hein ??

  • Reply Mouchette 5 novembre 2009 at 2 h 22 min

    Tu as raison d’user de prudence mais surtout ne fais pas mon erreur de ne pas tout dire en croyant qu’ils sont trop petits car ils peuvent se faire leur propre vérité et avoir le sentiment qu’on veut leur cacher des choses. J’ai agis ainsi avec les filles pour les protéger et un jour elles me l’ont reproché.

  • Reply clairesoleil 6 novembre 2009 at 7 h 17 min

    ici même naturel sur la tombe… les mots que j’emploie sont très simples… ainisi les enfants ont tjs été très au clair avec la mort sans peur…

  • Reply domie de la réunion 7 novembre 2009 at 7 h 00 min

    Bonsoir Sonia, très intéressant ton article sur la mort et les enfants
    ils s’intéressent tellement à tout les enfants !
    Passe un bon week-end !

  • Reply Katia et Kiara 8 novembre 2009 at 1 h 55 min

    Je suis sur que tu sera parfaitement avoir les mots pour répondre a tes loulous sur le moment ma belle… en ce qui me conerne, Kiara étant toute petite, je n’y ai pas encore pensé… c’est vrai que c’est un sujet délicat

  • Reply sylvie 8 novembre 2009 at 1 h 24 min

    oui je suis confrontée à ce sujet car au mois de février, mon compagnon, l’homme de ma vie, le père de mes trois enfants est décédé à la maison,d’une mort brutale
    et là qu’est ce qu’il est difficile de répondre aux questions sur la mort quand ce sujet n’a jamais été aisé, quand jamais n’a été évoqué le faite qu’on soit mortel,
    si les papy, mamy peuvent mourir, on le dit bien aux enfants , ou les personnes malades
    mais pas n’importe qui , lui n’avait que 42 ans , jamais malade …
    alors là c’est dur, car n’y étant moi même pas préparé , les questions arrivent de plein fouet , avec tout le coté nature des enfants de moins de 10 ans
    maintenant , après beaucoup de travail
    je sais répondre à leur question, ils savent que je peux mourir n’importe quand , mais que mon souhait serait le plus tard possible
    les préparer à la mort n’est pas lugubre mais les familiarise avec cette idée , sans qu’elle en soit envahissante. ma dernière qui avait 4 ans et demi au décès de son pap a mit 2 mois pour intégrer l’évènement, bien sur de la tristesse mais moins qu’on si attend ( les enfants ne se laissent pas sombrer), beaucoup de questions surtout  » mais ou est papa » ,
    pendant deux mois elle a posée régulièrement la question et à chaque fois je lui disais qu’il est mort et qu’on le trouve au cimetière.
    jusqu’au jour ou en parlant de son papa elle a dit  » quand il était vivant…. » là j’ai vu qu’elle avait enfin assimilé et accepté la mort de son papa
    ce sujet n’est pas simple, j’ai toujours pris le parti de répondre aux questions sans les anticiper pour ne pas leur donner des informations qu’ils ne veulent pas entendre
    si tu as d’autres questions, je te repondrais car sur ce sujet j’ai du par la force des choses m’y pencher sérieusement
    bonne soirée
    sylvie

  • Reply Mary 9 novembre 2009 at 4 h 02 min

    J’ai lu ça et j’ai pensé à toi
    http://www.murielgilbert.com/chronique-mon-fils-il-veut-pas-mourir-9.html

  • Reply krystele 10 novembre 2009 at 3 h 12 min

    mais oui tout enfant comprend trés vite moi ma fille ainé avait 2 ans quand son pére a malheureusement nous a quitté , je lui ai dit que son papa etait parti au ciel, je lui ai fait voir des films comme (ghost) et c’est magique on dirai qu’elle a tous compris maintenant cela fait 17 ans et on va toujours sur la tombe (un enfant comprends trés bien et trés vite) bonne soirée krystele

  • Reply Jenny 12 novembre 2009 at 2 h 47 min

    c’est vrai que c’est difficile, mais tellement facile pour eux, il faut répondre à leurs questions naturellement, franchement, il faut être vrai sans tout détailler. De toutes façon les enfants ressentent parfaitement le mal que l’on autour de cela, de la mort. Il y a deux ans nous avons perdu le papa de mon chéri, crise cardiaque dans son sommeil (même pas 60 ans) on a été anéanti, car c’était soudain, il était en pleine forme, tj en activité, enfin bref, anéanti. Angie a tout de suite vu qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas, elle me disait : « tu sais je vais être gentille avec papa, parce qu’il est triste » encore aujourd’hui elle me ressort « tu sais je suis triste parce que mon papy est parti au ciel…mais il est avec Ornella (c’était leur chienne qui est morte un an après) il est pas tout seul! » Les enfants ressentent la douleur que l’on porte mais il ne s’attardent pas dessus comme un adulte, c’est juste un sentiment de tristesse.
    Bon courage ma belle je sais que c’est une période difficile pour toi comme pour nous tous. Mille baisers

  • Reply kaki 21 novembre 2009 at 7 h 11 min

    Je ne relis pas tout mais notre xpérience (un tonton) me fait dire
    1) de préparer le terrain si on sait que ça risque d’arriver
    2) un album « au revoir Blaireau » sur le souvenirs que l’on garde de la personne disparue
    3) ne rien cacher, pas de tabou mais parler avec ton coeur et dire que tu es triste
    4) aller à l’enterrement si l’enfant le demande mais pas à la maison funéraire

  • Reply Kalliste34 14 février 2010 at 9 h 50 min

    Je n’ai pas lu tous les commentaires, alors si le mien fait double emploi, excuse-moi. La seule chose que je voudrais ajouter, c’est qu’avec des enfants petits, il ne faut surtout pas dire que la personne disparue s’est endormie pour toujours car on risque de provoquer des troubles graves du sommeil. Il ne faut pas avoir peur d’utiliser le mot « mort » car les enfants sont plus proches de ces choses-là que nous et les prennent avec plus de naturel. Dans leur petit cœur, il savent déjà que la mort fait partie intégrante de la vie.

  • Reply la duchesse 26 février 2010 at 8 h 35 min

    oui, j’ai été confrontée. Mon père est mort. Je dois te préciser que mon père était alcoolique et violent, que mes parents ont divorcé quand j’avais 8 ans, et que j’ai passé mon enfance et mon adolescence sans mon père, qui n’a plus désiré nous voir mes soeurs et moi … j’ai appris que mon père était mort au baptème de Gabrielle, elle avait 1 an, moi 28. On l’a su par hasard, sur un extrait d’acte de naissance. J’ai fait des recherches et j’ai appris qu’il était mort depuis près de 10 ans. Un jour il a fallu que j’explique à Gabi que son Papy, c’était l’amoureux de Mamie, mais pas mon papa ; un jour il a fallu que j’explique aussi que mon papa était mort. Je lui ai dit que ça n’était pas triste, que c’était comme ça. Et plus tard je lui ai dit que mon papa n’était pas gentil. Tu vois, ça s’est fait par étapes, j’ai essayé de dire les choses avec ses mots, sans rentrer dans les détails, au fil de ses questions. Un jour tes enfants te demanderont où est ta maman, où est la femme de papy, même s’ils le sentent déjà. Ce sera à toi de voir en toi pour trouver la réponse ; tu as le droit d’exprimer ton chagrin, ton manque. Je t’embrasse … c’est le com le plus douloureux que j’aie jamais eu à écrire ! bises,
    virginie

  • Reply lor 1 septembre 2010 at 3 h 34 min

    Voici un outil très bien fait qui explique comment les enfants percoivent la morte et la comprennent en fonction de leur age, il y aussi une bibliographie très fournie qui aborde selon les ages différentes thématiques (la perte d’un papy,la maladie grave d’un copain…)… C’est toujours plus facile quand les choses ont été abordées petit à petit que face à une perte subite où l’on est souvent dépourvu. Il est également très important de rester dans le vrai avec les enfants car leurs imaginaire peut parfois être plus lourd que la réalité et ce malgré nos bonnes intentions !
    http://www.soinspalliatifs.be/outils-pedagogiques.html

  • Reply Angel 18 mars 2011 at 6 h 15 min

    Bonjour,
    D’habitude je n’écris pas sur un blog mais… il y a quelques temps ma sœur a été confrontée à la mort soudaine de son beau-père. Comment en parler aux garçon qui étaient attachés à leur grand-père???? Je lui ai prêter un livre  » L’Afrique petit chaka ». En plus d’être magnifique il parle de la mort et de la façon de la voir pour les africains. Il a été écrit et surtout illustré en collaboration avec un musée. Je l’ai acheté à la FNAC.
    J’apprécie beaucoup car il donne une interprétation de la mort qui, même si elle rend triste, permet de comprendre si cela est possible.

  • Reply Fred 3 novembre 2009 at 1 h 11 min

    pas facile ce sujet et d’autant plus si c’est difficile pour nous d’en parler. On a abordé le sujet avec Célian quand le chien de mes beaux-parents est mort il y a 1 an 1/2, puis au décès de notre voisin. Il en reparle de temps en temps, nous pose une question à laquelle on essaye de répondre et pour l’instant ça lui suffit. J’aime bien l’idée (et je crois que c’est Dolto) que la mort, c’est quand on arrête de vivre. Il existe plein de livres à ce sujet, tu devrais trouver…

  • Leave a Reply